L’amour et la haine : l’ambivalence des sentiments

L’ambivalence des sentiments

L’amour et la haine sont des sentiments à la fois très éloignés, et en même temps très proches. Nous pouvons observer le renversement de l’amour passé en haine profonde à l’égard de celui ou celle qui partageait autrefois notre vie. Dans la vie quotidienne, ces deux sentiments se croisent et coexistent dans chacune de nos paroles et de nos actes.

Aimer et haïr 

Nous ressentons tous par moments des sentiments contradictoires pour une même personne, par exemple, ressentir une profonde colère pour une personne que nous aimons. C’est ce que l’on appelle l’ambivalence des sentiments (1). L’agressivité s’infiltre tout le temps au côté de l’amour, que ce soit par l’ironie, la moquerie, la condescendance… Toutes ces façons de communiquer avec l’autre en contiennent. Pourquoi sinon irions nous voir des spectacles comiques en prenant plaisir à rire au détriment d’autrui? Sans l’agressivité, il n’y aurait d’ailleurs plus de conflits! Dans nos actes et paroles du quotidien, elle peut se repérer sans forcément que nous en soyons conscient.

Ainsi par exemple le phénomène de l’oubli qui à première vue n’est pas du tout connoté agressivement. Lorsque vous oubliez quelque chose que l’on vous a demandé, il y a pourtant un message agressif à l’égard de l’autre, dont vous n’avez pas conscience mais qu’en général l’autre reçoit très bien.

Vous oubliez de prendre la paire de chaussures que votre meilleure amie vous a réclamé pour sa soirée d’anniversaire. Vous avez beau lui faire mille excuses, elle, en tout cas, aura bien reçu le message agressif et elle risque bien de vous en vouloir. De votre côté, vous culpabilisez de cet oubli et vous vous en voulez, et de l’autre, vous vous dîtes que c’est un peu injuste qu’elle vous en veuille à ce point car vous ne l’avez pas fait exprès. En fait, c’est un mouvement inconscient qui est à l’origine de cet oubli et qui a trouvé à s’exprimer : Vous adorez votre meilleure amie, vous l’aimez à la manière de votre petite sœur. Seulement, vous étiez également en grande rivalité avec votre sœur et en oubliant vos chaussures, c’est finalement de votre sœur que vous cherchez à vous venger!

 

D’où vient la haine? 

Dans les tous premiers temps de la vie, le nourrisson considère sa mère comme une extension de lui-même, une partie de lui, il se vit comme formant un tout avec elle. Il ne ressent ni haine ni amour pour personne puisqu’il est trop immature pour se représenter qu’un autre peut être différent de lui. Mais petit à petit, il va ressentir que sa mère peut se séparer de lui et qu’elle est ainsi différenciée. Il sera alors envahit par la haine car celle-ci lui fera vivre l’expérience du manque, d’un paradis perdu où ils étaient si bien ensemble, fusionnés. Et bien sûr l’intolérable besoin d’un autre pour notre survie, puisque nous sommes dépendants lorsqu’on est si petit pour se calmer, pour manger ou boire.

Petit à petit, le bébé grandit et la haine primitive se transforme et mûrit en un mouvement plus mature et socialement adéquat : l’agressivité. L’agressivité tire ses racines de cette haine primitive.

 

Derrière l’amour la haine? 

Ce qu’il faut bien avoir en tête c’est que tout n’est pas clair dans l’expression des sentiments, qu’une conduite agressive camoufle parfois une déclaration d’amour à l’autre, et inversement, trop d’amour envers une autre personne peut contenir une grande agressivité.

Vincent par exemple fait tout pour sa compagne. Il lui prépare son petit déjeuner, lui dit sans cesse à quel point il l’aime, qu’elle est tout pour lui … Béatrice avait toujours rêvé de connaitre un jour une relation de ce genre. Seulement, elle n’avait pas imaginé le prix qu’elle devrait payer pour tout cet amour! En faisant d’elle le centre de sa vie, Vincent a du mal à supporter qu’elle puisse désirer voir d’autre personnes, faire des choses sans lui ou tout simplement vouloir rester seule. Chaque fois qu’elle émet ce genre de désir, c’est la crise dans le couple. Sans s’en rendre compte, Vincent veut la garder pour lui tout seul, il ne supporte pas qu’elle puisse ne pas entièrement être comblée par lui et se met à la tyranniser dès qu’elle s’éloigne.

 

Pourquoi est-ce sain d’exprimer son agressivité? 

Nous avons tous ces deux tendances en nous : amour et haine. L’ambivalence s’exprimera en premier lieu envers les parents : aimés et haïs (je te fais un câlin, je te dis que je t’aime, puis 5 minutes après, si tu me refuses un bonbon je te hais). Puis, elle apparaitra dans toutes nos relations ultérieures.

S’il apparait à la société que les preuves d’amour sont plus tolérables que les preuves de haine, c’est bien l’expression des deux qui garantit une bonne santé psychique, car en nous ces deux tendances cherchent à s’exprimer par tous les moyens. Et si nous n’arrivons pas à l’exprimer à l’extérieur de nous, c’est alors en nous même que cette haine fait son devenir.

Ce retournement de l’agressivité contre soi s’observe peut s’exprimer par exemple dans la dépression, les conduites autodestructrices ou l’alcoolisme.

 

                                                                                            France Bernard

 

1 – Mélanie Klein & Joan Rivière, L’amour et la haine, Éditions Payot & Rivages, 2001

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *